les-relais-de-experience association retraites seniors benevoles occitanie

  • Accueil

Le partenariat avec l’AFTRAL engage la saison 2018/2019 du COMIDER

Le partenariat avec l’AFTRAL engage la saison 2018/2019 du COMIDER

Elle a bien commencé, la saison 2018/2019, pour le COMIDER. Avec, dès les premiers jours de septembre, le lancement des missions sur le Languedoc-Roussillon, la préparation du Markethon de l’emploi et la participation aux forums des associations. Et dès les 13 et 14 septembre, quatre comidériens sont sur le pont.

f

 Participant aux jurys Responsable en Logistique (REL), une des préparations en alternance de l’AFTRAL (Apprendre et se Former en TRAnsport et Logistique) (1). Pour ce diplôme de niveau Bac+3, préparé en alternance, la dernière année scolaire commence en septembre et se termine, le même mois, un an plus tard. Une originalité que le professeur justifie : « Les étudiants ont des mémoires à produire à l’issue de leur expérience en entreprise. La période des vacances leur permet d’avoir du temps pour bien le rédiger ».

 De fait, devant le jury, ils ont trois épreuves. L’une consiste à soutenir ce mémoire. La seconde a pour objectif de commenter le travail rendu lors de l’examen écrit, passé la veille. Enfin, le candidat doit présenter un dossier qui met en évidence les compétences développées dans sa vie professionnelle. Avant d’en arriver là, les étudiants ont bénéficié, au cours de l’année, de l’intervention de comidériens, tous expérimentés en logistique, en techniques commerciales ou dans la direction d’entreprise. En avril, les bénévoles du COMIDER participent au tout début du mémoire : problématique, sommaire, plan… Quand ce travail est avancé, l’étudiant l’explique à son professeur, à son tuteur en entreprise et à un comidérien. L’occasion d’un échange fructueux. En septembre, c’est donc ce travail que le jury évalue, d’abord en se plongeant dans le document que chacun des membres reçoit une semaine avant l’examen. Puis en jugeant la qualité de la soutenance.

 

 Au-delà de la préparation au REL à Pérols, des comidériens animent des ateliers de préparation aux recrutements lors des journées portes ouvertes de l’établissement. Ils interviennent également pour des conférences thématiques. D’autres bénévoles s’investissent également sur l’antenne de Nîmes. Ils y font un travail équivalent pour préparer les candidats au TSMEL (Diplôme de Technicien Supérieur en Méthodes d’Exploitation Logistique, de niveau Bac+2). Au total sont impliqués quatorze comidériens venant de trois délégations : « Vidourle/Petite-Camargue (VPC) », Nîmes et Montpellier. 

 

 

 

Et  depuis dix ans, ce partenariat se poursuit. Signé avec Minerve Pignone, directrice adjointe de l’AFTRAL et animé par Dominique Chapiteau, de la délégation du COMIDER, « Vidourle/Petite-Camargue ». A Nîmes, Jean-Claude Gardes assure la coordination. On comprend pourquoi en interrogeant Bruno Yvain, professeur responsable du REL. « Les comidériens permettent une passerelle entre les générations. Apportant leur expertise, leurs expériences, les valeurs liées aux anciens qu’ils contribuent à faire perdurer. Ils ont l’œil et le recul que l’on perd parfois au quotidien ». Avant de conclure « Pour les jeunes, c’est nécessaire de savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va ». Une des raisons d’être de l’association, utile à entendre, au début d’une nouvelle année d’engagement bénévole.

Guy Hébert

  • L’AFTRAL réunit cent centres de formation en France et Outre-Mer. C’est le premier organisme de formation professionnelle initiale, continue et d’alternance en transport et Logistique, en Europe. Il propose des formations allant du CAP à Bac+6. Le CFATL de Montpellier (Centre de Formation d’Apprentis en Transport Logistique), basé au Parc d’Activité Méditerranée à Pérols, dispense des formations du CAP à Bac+3.

Des membres du COMIDER apportent leurs expériences professionnelles aux jurys de BTS

Peu de personnes savent que le COMIDER est sollicité par des lycées pour participer aux jurys d’examens. En ce mardi 12 juin, le lycée Jules Guesde organise l’épreuve de négociation dans le cadre du BTS Commerce International. « Les étudiants convoqués viennent d’établissements privés hors contrat ou se présentent en candidats libres » précise Valérie Khettab, professeur d’économie-gestion et spécialiste de la négociation commerciale, avant d’ajouter « Nos élèves de Jules Guesde sont évalués en contrôle continu ». C’est d’ailleurs là que comidériens et enseignants ont eu l’occasion de travailler ensemble et de s’apprécier. Un partenariat étroit dont se félicite l’enseignante « Pendant une grande partie de l’année, nos 35 élèves rencontrent tous les jeudis des comidériens avec lesquels ils négocient en anglais, allemand ou espagnol. Cette présence leur permet de les faire plus parler, en complétant l’action de nos professeurs de langue. Elle apporte aussi une référence professionnelle car notre enseignement est technique ». En terme de savoir être, de niveau de langue, les conseils des seniors sont plébiscités par les étudiants. Et, en retour, Michel, hispanisant et spécialiste de vente de matériels bureautiques et informatiques dans sa vie antérieure, aime ces relations hebdomadaires autour de jeux de rôle simulant des situations de négociations concrètes.

Dans le cadre du jury d’examen d’aujourd’hui, Michel est associé à une enseignante d’espagnol et un d’économie-gestion. Avant d’accueillir le premier candidat, Valérie rappelle aux examinateurs les conditions de l’examen : « Chaque candidat a travaillé pendant quarante minutes un sujet qui a été préparé à partir de son dossier et de son expérience professionnelle. Il aura 20 minutes pour mener à bien la négociation dans la langue choisie. Et, le même temps permettra de l’interroger, en français ». Michel va pouvoir jouer son rôle, alors que dans la salle voisine, François interviendra pour l’allemand.

Pendant ce temps-là, à quelques kilomètres, d’autres comidériens sont mobilisés au lycée Pompidou. Pour d’autres BTS (Action Commerciale et Relation Client, Management des Unités Commerciales et Assistant Manager). Une action qui mobilise six comidériens pour des jurys se tenant sur une dizaine de jours du mois de juin. « Ca dure depuis dix ans » se réjouit Georges Cardona, coordonateur des actions du COMIDER dans cet établissement. Et pourtant, on en parle peu !

Guy Hébert

Accès réservé