les-relais-de-experience comite pour le developpement de l economie regionale markethon

  • Accueil

Le COMIDER tient son assemblée générale annuelle

« Les rides, ce sont les sillons de l’expérience » pouvait lancer Kléber Mesquida, président du Conseil Départemental de l’Hérault, à l’adresse des quelques soixante-dix participants à l’assemblée générale du COMIDER, le 22 mars dernier, qu’il accueillait dans ses locaux.
S’adressant à un auditoire qu’il qualifiait « d’association de sages », l’élu résuma parfaitement la philosophie et l’intérêt des missions conduites par ces retraité-e-s au bénéfice des jeunes et des moins jeunes, dans les domaines de la formation, de l’insertion ou de l’entreprise.
Tout en affirmant que « La parole de personnes qui ont un parcours professionnel peut être plus facilement entendue », il reconnaissait l’engagement bénévole des comidériens :
     « Vous croyez en cette mission, en l’avenir de ceux qui sont en recherche d’emploi, aux jeunes et à l’accompagnement des entreprises ».
Dans ces trois domaines, c’est en effet, en 2015, 43 missions qui ont été menées à bien pour 110 types d’actions, ayant mobilisé 152 comidériens du Languedoc-Roussillon.
Soit un investissement représentant 2 191 journées. 

Illustré, entre autres, par deux  initiatives du COMIDER.
Une en réponse à des demandes de la MSA (Mutualité Sociale Agricole) et l’autre, baptisée « Job à la plage ».
La première, présentée par Jean Malzac, a concerné 108 agriculteurs à qui 18 comidériens de l’Hérault, de la Lozère et du Gard ont apporté une aide dans des situations difficiles.
Avec, pour l’avenir, la volonté d’encourager l’utilisation du numérique et de travailler sur les coûts pour améliorer le résultat des exploitations.
Quant à la seconde, pilotée par Michel Pétion, il s’est agi d’appliquer le principe du Markethon à la recherche d’emplois saisonniers.
En 2015, 57 participants ont visité 500 entreprises pour dénicher 250 propositions d’embauche. Prochaine opération, le 5 avril, au Barcarès. Au-delà de ces exemples, le Markethon est resté l’opération phare du COMIDER.
Dans une perspective d’amélioration de son efficacité, Patrick Lecomte, secrétaire général de l’association, exprima la volonté de mieux assurer son suivi, en termes d’emplois en découlant précisément, immédiatement ou suite à la mise en place de parrainages.

Assemblée Générale oblige, la présentation du bilan financier révéla « une trésorerie saine et maîtrisée », selon les termes du président Pierre Michon, se félicitant aussi de la mise en place d’un classement et d’une gestion administrative efficace.
Satisfaction également du bon fonctionnement des missions et de la stabilité du nombre d’adhérents.
Après trente ans d’existence, fêtées en 2015, une inquiétude apparait :
     « Il est de plus en plus difficile de recruter des responsables, pour les missions, les délégations territoriales ou le conseil d’administration ».
Un constat crucial alors que dans un an, il faudra trouver des successeurs au président et au bureau exécutif !
Dans l’immédiat, trois nouveaux élus viennent rejoindre le conseil d’administration : Sylvie Rouquet, Jean-Paul Lefeuvre et Henri Singla.

Parallèlement, du fait de la création de la nouvelle région, la stratégie privilégiée vise à unir les forces du COMIDER à celles d’associations, en Midi-Pyrénées, partageant les mêmes valeurs.
Une réflexion que l’exposé stimulant du géographe Georges Roques sur les enjeux de la réforme territoriale ne pouvait qu’enrichir.
Avant de laisser la place à la convivialité ! 

L'aide à la réinsertion professionnelle, une belle aventure humaine

On oublie parfois que, au-delà du Markethon de chaque troisième jeudi d’octobre, le COMIDER met  en place, chaque année, trois sessions d’Aide à la Réinsertion Professionnelle (ARP).

Ouvertes en priorité à celles et ceux qui ont participé à cette journée.

La traditionnelle réunion des actuels et anciens ARPistes, des formateurs, des marraines et parrains, est l’occasion  de mesurer la vraie dimension humaine de l’action. 

En ce début février 2016,  Jean-Joël Deurveilher et Jean-Baptiste Morel, animateurs de l’équipe des comidériens, ont de quoi se réjouir d’avoir réussi cette soirée de rencontres et de retrouvailles.

aide a la reinsertion professionnelle

Par la quarantaine de personnes présentes dans le cadre convivial de Gazette Café.

Avec, autour du zinc, une chaleur communicative.

De Myriam ou Nicolas, anciens bénéficiaires, à Valériane, Claudia et Dominique qui ont suivi la session de novembre-décembre 2015, en passant par Gloria ou Marie-Pierre, inscrites à l’atelier qui vient de débuter, impossible d’entendre un avis réservé.

« J’avais besoin de soutien. La dynamique d’un groupe m’a beaucoup apporté » avoue Myriam.

Nicolas a gardé depuis 2013 des contacts avec Géry et Jacques : « Aujourd’hui je suis là, car ce genre de rencontre entretient des réseaux de manière plus humaine ».

Comme il était déjà venu apporter son concours au COMIDER, pour la foire aux associations.  

Si on sent que toutes et tous sont heureux de retrouver leur parrain ou marraine, Claudia le confesse spontanément « Jean-Baptiste est un très bon parrain. L’ARP et lui m’ont boostée. Dès que j’ai connaissance d’une offre, je réagis vite. Avec mon CV refait, je reçois des réponses. Et les lettres de motivation, je te les écrits..! ».

Marie-Pierre n’hésite pas dans son jugement : « J’apprécie le côté convivial de l’ARP. J’ai aussi beaucoup aimé le café-coaching d’Odile, ma marraine ».

aide a la reinsertion professionnelle

C’est à l’Antigone des associations que Gloria a contacté le COMIDER « L’ARP m’a tout de suite intéressée mais je n’ai pas pu être recrutée la première fois. Aujourd’hui, j’apprends des choses nouvelles dans les ateliers ».

Depuis la session de novembre, Valériane le reconnait : «Maintenant, je dispose d’outils. Et Jean-Joël continue à me suivre ».

Après avoir participé à la même session, Alexandrine s’enthousiasme : « J’avais peur de tout. Je ne bougeais plus. L’ARP m’a permis un changement d’orientation », avant de confier « J’ai fait de belles rencontres. Avec Claudia, Hélène et Tassalit, on reste en contact ».

Et comme pour le prouver, elle glisse  « Tassalit a trouvé un emploi de comptable. Elle va sûrement me prendre en stage ».

Histoire réjouissante.

Comme cette soirée. 

Powered by Warp Theme Framework

- Le COMIDER est une association loi 1901 - N° SIRET : 384 390 209 000 11 - N° RNA : W 34 300 1384